vendredi 11 avril 2008

Appelez moi Marathon Man désormais ...(Version Longue)

[singlepic=448,,,,]


[singlepic=452,115,197,,left]En ce beau Dimanche du 6 avril 2008, j'ai terminé mon premier marathon, le Marathon de Paris (42.195 km pour les ignorants) en 3 heures 47 minutes et 52 secondes.

4 jours après, et seulement 4 jours après, je me décide à faire un compte rendu de cet évènement. Oui évènement car c'est mon premier, je m'y suis préparé comme j'ai pu (tant bien que mal, les 12 semaines prévues ont été divisées par 2 à cause de vacances et maladies).
4 jours, non pas parce j'étais incapable de le faire pendant 4 jours, car j'estime avoir très bien récupéré et d'ailleurs je ne termine pas le marathon épuisé (merci les entraînements). D'habitude, je suis plutôt rapide pour faire les comptes rendus.
Mais là, en fait après 4 jours, je suis tiraillé : dois je écrire un article exprimant ma joie d'avoir terminé ce marathon ou ma déception, ma tristesse de ne pas avoir fait mieux. Malgré les félicitations, et retourner le truc dans tous les sens, je ne peux pas m'empêcher d'être très déçu.

Vous allez me dire, pour une première fois, terminer le marathon, c'est déjà pas mal ? Certes, je reconnais. Même si beaucoup me qualifie de "sportif", faire des triathlons Sprint (750m natation, 20m vélo et 5km) ou Distance Olympique (distances Sprint x 2, soit 1500-40-10) et faire un marathon c'est autre chose. Et ne pas oublier qu'à l'origine je faisais du 400m (ou 400m haies) donc passer de 400m à 42.195 km, c'est pas une mince affaire, car ca va vous faire rire, mais je ne suis pas hyper endurant en course à pied. Du moins je ne l'étais pas et j'ai travaillé le footing, et maintenant je prends plaisir à courir 1h ou 2h (alors qu'il y a 5 ans, courir 20 min était un calvaire). Au départ, je comptais basé l'entrainement de 12 semaines sur moins de 3h30, mais n'ayant pas pu faire la moitié, l'objectif est passé successivement de 3h30 à "terminé le marathon" pour revenir à 3h45 puis maxi 3h45 avec les bonnes sensations des dernières grandes sorties de footing (3dimanches à 25km et plus avec un maxi de 32km). 2 minutes de plus sur 3h45, ca parait minime, et ca l'est. Ma déception n'est pas fait 2 minutes de plus que 3h45, ma déception est plus grande ...

6h30 : Réveil (eh oui le départ est prévu à 8h45). Mon pote Ermanno Di Miceli (qui habite au Luxembourg) a dormi chez moi. On engloutic chacun nos petits déjeuners. Pates avec du sucre pour lui. Céréales/Yaourth Soja + Gateau Energétique pour moi.

7h15 : On monte dans le RER, direction l'Etoile (Arc de Triomphe). Dans la rame de RER, 95% des gens sont habillés comme nous, en coureurs ... Tout le monde va au même endroit.

7h45 : On retrouve 3 autres pôtes, Philippe Russo, Romain Mac Dinh et Michael Orange

[singlepic=445,110,53,,left]

8h15 : Après avoir mis nos sacs aux vestiaires/consignes, on part en petit footing rejoindre notre sas de départ. Oui je dis bien sas. Petite explication : sur certaines grandes courses, lors de l'inscrition, on dit quel temps on espère faire. Ca donne un dossard de telle ou telle couleur le jour J et qui permet de partir dans un systeme de sas par temps. Les rapides partant en premiers pour ne pas être dérangés par les moins rapides. Nous avions tous un dossard "3h30". Pas forcement le temps qu'on voulait mettre mais aussi pour être "devant". Malgré tout, sur les 37000 participants, il y en avait bien 15000 devant nous. On papote en attendant le départ, on fait pipi (dans une bouteille que chacun avait pensé à prendre).

8h45 : le départ est donné, çà trépigne, çà trépigne, il nous faut un peu plus de 4min pour franchir la ligne de départ. Chacun déclenche son chrono. Et c'est parti pour une belle descente sur les Champs Elysées, ne nous emballons pas.

Rapidement, je m'apercois que mon "accéléromètre" ne fonctionne pas (non ce n'est pas un truc pour aller plus vite, c'est comme un podomètre mais plus précis et qui donne la vitesse instannée). Appareil très utile quand on veut courir à telle ou telle allure. Sauf que dommage il refuse de fonctionner (ou plutot il fonctionne mais me dit que j'avance à 16min par km, c'est à dire plus lent que si je marchais). Bon bah on fera sans. Philippe est partit devant, il a un record à 3h20, et espère faire 3h30. Nous les autres, on espère 3h45. Je décide de partir sur une allure plus rapide que 3h45 au cas où la fin serait difficile ...
Romain et moi courrons à une allure de 3h30.

Passage au 5eme KM : 25min36

Passage au 10eme KM : 51min04. Nous rentrons dans le Bois de Vincennes, je ressens tout de suite qu'il fait plus frais. J'attends avec impatience le km 12 où Julia doit me retrouver pour un gros bisous plein de sueur. Non je rigole, pas de bisous de sueur mais un gros sourire et une petite bouteille de boisson énergétique. Je suis trop content de la voir avec son petit bonnet vert à l'arrêt de Bus juste avant le Château de Vincennes. J'avais tout planifié, fait des repérages, pris des photos et fait un petit document pour qu'on soit sure de se retrouver.

Passage au 15eme KM : 1h15:59. On contourne l'hippodrome de Vincennes, il y a une légère pente (qui monte).

L'allure me convient bien et Romain n'arrête pas de dire "on a 1 minutes d'avance", "on a 2 minutes d'avance" et ainsi de suite (à 8 il a arrêté). En fait nous étions même devant le groupe des 3h30 car le premier "ballon / meneur d'allure" des 3h30 ne nous a rattrapé au 15eme km. En fait pour chaque sas (celui des 3h00, des 3h15, des 3h30, etc), il y a 2 personnes, appellés Meneurs d'allure, qui sont des pro ou personnes expérimentées qui vont terminer le marathon dans le temps qu'on leur a dit (ces mecs là font un vrai marathon en moins de 2h30, donc 3h30 pour eux, c'est un entrainement). Ils ont un ballon ou mini drapeau accroché dans leur dos pour les repérer. D'où le terme de "ballon" des 3h30. Et puisqu'il y a beaucoup de monde voulant faire 3h30, ils sont 2, un devant, un derrière, ca fait une bande d'environ 100m.

Passage au 20eme KM : 1h40:52. On ressort du Bois de Vincennes et çà descend légèrement. Nous sommes toujours sur des bases de 3h30 avec les KM en moins de 5 minutes (meilleur au 18eme en 4min49)

Passage au Semi Marathon (21.100 km) : 1h46:24. Il faut bien gérer car çà remonte bien jusqu'à la Bastille, mais nos temps ne faiblissent pas, toujours moins de 5 min au KM.

Passage au 25eme KM : 2h06:05. Ravitaillement juste après la place de la Bastille. Aucun signe de fatigue, pas de sur régime, je me sens bien et j'en garde pour la fin ... Entre le 25eme et 30eme, le parcours emprunte les quais, çà monte et çà descend pour passer sous les ponts, çà casse un peu les pattes. J'aime pas le passage dans les tunnels. Comme pour le 12eme Km, j'attends de retrouver Julia au 30eme KM. Le 2eme ballon nous a doublé vers le 28ème km et nous l'avons gardé à distance jusqu'au 33ème. Je m'en suis même rapproché peu avant le 35ème (bizarre). Romain me fait remarquer qu'il souhaite désormais passer plus de temps aux ravitaillements et marcher un peu. Ok on verra.

[singlepic=453,240,320,,left]Passage au 30eme KM : 2h31:50. Je retrouve Julia qui me donne un nouvelle bouteille de boisson énergétique. Je ne peux pas trop m'étendre en baratin et sourires mais je suis vraiment super content de la voir. Ça représente beaucoup pour moi de la voir, elle s'est beaucoup impliquée dans ma préparation. Mon pote Philippe Drouet (pas celui qui coure le marathon, un autre qui a déjà couru un marathon à la Rochelle en Novembre 2007 en 3h31) est aussi là et prends des photos. On perd pas mal de temps au ravitaillement du 30eme Km mais ca fait un petite pause. Au 33ème Km, on se perd de vue, dommage, çà aurait été bien de se motiver le plus longtemps possible. Du 33eme au 36ème KM, cà monte, d'abord légèrement puis un peu plus sérieusement pour arriver à la Porte d'Auteuil et l'entrée dans le Bois de Boulogne.

Passage au 35eme KM : 3h00:14. Désormais je m'arrête aussi quelques secondes pour marcher lors du ravitaillement. Il faut bien s'alimenter et boire pour affronter les 7 derniers KM. j'ai bien ralenti pendant la montée, raccourci la foulée pour ne pas trop solliciter les jambes.

Ca n'a pas du suffire, au 36eme, je commence à sentir la cuisse droite un peu lourde. A peu près au moment où je rejoins Pierre Ecary de l'UASG. Peut de temps après Eric Lacroix nous rejoint. Je crois uns instant qu'on va tous partir ensemble.

Première alert au 37eme avec l'apparition d'une crampe. Je suis tellement surpris de la rapidité et la douleur que ca m'arrête presque net et je laisse filer Erci et Pierre qui s'accroche. Je m'arrête quelques secondes pour faire des étirements. Je suis maintenant passer à 6 min au KM. Au stand "Marathon de Vannes", je ne prends que de l'eau, je laisse les huitres de côté (non je ne rigole pas, ils proposent des huitres, y a t-il vraiment des fous qui prennent çà en courant ?). Désormais, l'objectif est courir jusqu'au prochain KM.

38eme KM : Je ne veux pas perdre encore plus de temps, il est encore possible de faire moins de 3h40. Je relance la machine, çà tire. Mais par solidarité, la cuisse gauche me fait aussi le coup de la crampe. Me voilà avec 2 crampes aux cuisses. Je refais étirements, ainsi qu'aux mollets et tendons par précaution.

39eme KM: Je vais y arriver, je me retourne, je ne vois pas le "ballon" des 3h45, je vais y arriver... c'est à ce moment que je me retrouve "stoppé net par des crampes supplémentaires aux 2 mollets. Ca fait comme une violente décharge électrique, je me retrouve à l'arrêt. Pas d'autre choix que marcher et faire des étirements. Ca m'énerve au plus haut point, car je n'ai qu'une envie, c'est accélérer, je me sens bien, pas trop fatigué. Mais je repars, 2 Km à souffrir, c'est pas la mort ! Jusqu'au 41eme KM, je m'arrête 2 ou 3 fois pour marcher et faire des étirements. Le ballon "3h45" me double juste après le passage du 41eme. C'est un choc, une déception, mais pas question de me laisser faire, je m'accroche, je suis juste derrière lui. La fin arrive, çà devient jubilatoire. Malheureusement une 2eme "décharge électrique" de crampes au mollets me stoppe net. Je laisse le ballon filer pendant quelques étirements et marche active. Je le vois toujours, je repars, j'aurais voulu le rattraper ce ballon , mais c'est trop tard. J'aperçois Julia juste avant le KM 42, çà me redonne la pèche, je n'ai plus mal nul part (du moins je fais comme ci), j'accélère, j'oublie les douleurs. Un dernier rond point et voila la ligne d'arrivée. Les derniers mètres sur un tapis rouge et "top" le chrono m'indique 3h47. Je le savais depuis quelques minutes que je ne ferais pas 3h45, mais là je réalise vraiment et la déception est grande. Je me sentais tellement bien, je ne digère pas les crampes et les 15 minutes perdues ...

Romain terminera en 3h51. Ermanno et Michael en 4h20. Philippe qui voulait faire 3h30 a été un vrai métronome en 3h29. Eric en 3h44 et Pierre que j'ai du doublé mais pas vu en 3h48. Bravo à tous.

A peine terminé, je pense au prochain (La Rochelle en Novembre ou Paris même date dans 1 an), car je ne compte en rester là. L'après midi, pas de "glandage" dans le canapé. J'avais organisé un anniversaire surprise pour Julia, donc le repos n'a enfin commencé qu'à 19h30 ...

Analyses :

  • Très belle course, très bonne organisation, des spectateurs presque partout, des ravitaillements bien remplis, bonne ambiance, bonnes animations et musiques sur les cotés.

  • 8 semaines d'entrainements avant le marathon me semble bien, 12 est surement mieux. Malheureusement je n'ai pas que 6 réelles sur 3 mois ... Mais l'entrainement a quand même payé.

  • Je me suis alimenté et bu sur le parcours. J'ai aussi fait très attention à l'alimentation les 6 derniers jours en suivant un régime "sans résidu" (ou régime scandinave adapté pour les sports d'endurance).

  • Sommes nous partis trop vite ? aucune idée ! Des 3 scénarios (être régulier, faire la 2eme moitié plus rapide, faire la première moitié plus rapide), le 3eme me semble plus adapté à ma condition et expérience du marathon (aucune). Je n'ai jamais forcé pour être sur un rythme de 3h30 jusqu'au 33-35èeme KM. La montée légère puis pentue entre 33ème et 37èeme est vraiment "casse patte" et est surement une des causes de la suite des crampes. Pas beaucoup d'entrainement sur chemins vallonés (le Bois de Vincennes est quasi plat) aussi. Et manque de je ne sais quoi, sel parait il ?

  • Un grand merci à ma supportrice adorée, Julia. Sans elle, je n'aurais pas fait tout cela. Merci aussi à Philippe Drouet d'être venu sur le parcours.

  • Poids : 75 kilos mi janvier après les fêtes, 68.5 kilos avant le marathon (en ayant bouffé des pattes pendant plus de 4 jours), 67.3 après le marathon (et mettre goinfré à l'anniv de Julia). Bien évidemment perdre du poids n'étais pas du tout un objectif mais ca va avec ...


Galerie de Photos :

[gallery=45]

Tous mes temps de passages (à ma montre) :

km Temps passage min/km
1 0:05:14
2 0:10:33 0:05:19
3 0:15:41 0:05:08
4 0:20:39 0:04:58
5 0:25:36 0:04:57
6 0:30:53 0:05:17
7 0:35:53 0:05:00
8 0:41:04 0:05:11
9 0:46:04 0:05:00
10 0:51:04 0:05:00
11 0:56:03 0:04:59
12 1:00:57 0:04:54
13 1:05:50 0:04:53
14 1:10:53 0:05:03
15 1:15:59 0:05:06
16 1:21:04 0:05:05
17 1:26:16 0:05:12
18 1:31:05 0:04:49
19 1:35:57 0:04:52
20 1:40:52 0:04:55
21 1:45:55 0:05:03
Semi (21,1) 1:46:24
22 1:51:02 0:05:07
23 1:55:52 0:04:50
24 2:00:54 0:05:02
25 2:06:05 0:05:11
26 2:11:00 0:04:55
27 2:16:04 0:05:04
28 2:21:21 0:05:17
29 2:26:33 0:05:12
30 2:31:50 0:05:17
31 2:37:29 0:05:39
32 2:43:03 0:05:34
33 2:48:32 0:05:29
34 2:54:19 0:05:47
35 3:00:14 0:05:55
36 3:07:17 0:07:03
37 3:13:25 0:06:08
38 3:20:38 0:07:13
39 3:27:13 0:06:35
40 3:33:35 0:06:22
41 3:40:24 0:06:49
42 3:46:40 0:06:16
Marathon (42,195) 3:47:56 (Officiel 3:47:52)